Margaret Lansink

  • Œuvres

    Borders of Nothingness - On the Mend

    Dans l'infiniment bas de tout, les gens vont et viennent dans nos vies. Tandis que la présence de certains peut être si subtile que nous nous savons à peine quand elle commence ou se termine, avec d'autres, c'est beaucoup plus clair : ils entrent ou sortent avec fracas. Dans Borders of Nothingness, Margaret Lansink questionne avec ambiguïté la décision de sa fille adulte de suspendre le contact avec elle, photographiant des paysages et des femmes nues en pleine disparition, soulèvant la même question hantée: est-ce le moment où vous disparaissiez ? Au fil du temps, Margaret Lansink et sa fille se sont reconnectées pour vérifier si leur pause pouvait être réparée. La photographe a alors commencé à revoir et réinterpréter Borders of Nothingness dans une pratique physique qui reflétait leurs efforts émotionnels de guérison. Travaillant à partir de la pratique japonaise de la réparation de la céramique avec de la feuille d'or, elle combine ses images, les coupe et répare leurs ruptures avec de la feuille d'or pour donner de l'espoir à la possibilité d'un lien plus fort et plus beau car il avait déjà été brisé.


    Bodymaps

    Dans chaque phase de la vie, l'essence de la vie est différente. Mais quelle est l'essence de la vie si vous vieillissez ? Quand un certain âge semble être un signal pour que la société vous mette en marge. Quand vous êtes jeune, vous pouvez conquérir le monde. Tout semble faisable, adaptable à vos souhaits à cet instant précis. Le bonheur instantané est entre vos mains. Quand on est plus âgé, on a toujours le désir d'être vu, d'être reconnu par cette même société. Pour ce que nous sommes. Pour qui vous êtes. Cachez-vous votre âge réel (à l'aide d'une intervention cosmétique) ? Acceptez-vous la société ou combattez-vous ces règles (non écrites) de la société ? Bodymaps est l'interprétation visuelle de Margaret Lansink de cette ambivalence, montrant la compassion pour les femmes dans leur dernier stade de vie. Lorsque le vieillissement et les traces de vie visibles sont évidents. Ces images interrogent ; "Cachez-vous ces traces et ces cicatrices ou les montrez-vous et les chérissez-vous comme des souvenirs de votre vie ?" Apparemment, il vaut mieux ne pas intervenir dans les processus de vieillissement de la nature, mais plutôt avoir du respect et chérir ses résultats.

  • Biographie

    Biographie

    Pays-Bas , 1961

    Margaret Lansink est une photographe d'art diplômée de PhotoAcademy Amsterdam en 2012. Elle a étudié en 2016 au LeMasterklass Paris et en 2020 à la Masterclass de Smedsby Atelier, également à Paris. Les œuvres de Margaret ont reçu le Hariban Award 2019 (Borders of Nothingness - On the Mend). Lansink participe à des expositions, des résidences et des concours en Hollande et à l'étranger. Son travail a été présenté à Amsterdam, Rotterdam, Leiden, Den Helder, Anvers, Arles, Royaume-Uni, New York, Vancouver, Japon, Tbilissi, Kaunas et Barcelone. En 2016, elle a été récompensée par un AIR à la Kaunas Gallery en Lituanie (novembre 2016) et au Shiro Oni Studio au Japon (août 2017); à la fois pour son projet «The Kindness of One». Elle a publié 5 livres et un autre sera lancé en mai 2020. Margaret est membre de FemmesPHOTOgraphes Paris et membre / fondatrice d'iwi_collective. De plus, elle coache souvent de jeunes photographes pour développer leur portfolio.

    Notre identité est souvent déterminée par notre environnement social et notre histoire (familiale). La façon dont nous construisons notre estime de soi détermine souvent la façon dont nous regardons le monde extérieur et comment nous réagissons à l'autre. Dans son travail, Lansink explore ces relations, essayant de jeter un pont entre le personnel et l'universel. La façon dont elle photographie est purement intuitive; ses images présentent un reflet ouvert et honnête de ses propres émotions intérieures à un certain moment, espace et interaction. Photographiés comme des autoportraits au sens large du terme. Avec cette manière intuitive de la photographie, elle invite le spectateur à se lancer dans un voyage à travers son propre réseau complexe de souvenirs, d'émotions, d'attentes, de peurs et de désirs. Margaret Lansink utilise diverses caméras analogiques pour capturer les différentes atmosphères de ses émotions intérieures. Donner aux images la liberté d'agir comme un débordement de la réalité au rêve et vice versa. De plus en plus, elle expérimente avec ses images, avec de la peinture, de la feuille d'or, du fusain ainsi qu'avec de la lumière liquide dans la chambre noire.

  • Expositions